Francis Ponge·Habiter·Herbier poétique·Jardins tissés·Les lectures de la Fabrique·Les lieux de La Fabrique

Mimosa , Emoi

Rien n’indiquait que je passerai du temps avec Francis Ponge ces jours ci et encore moins que celui ci m’emmènerait rendre visite à mon cher Antoine Watteau.

L’appareil photo en bandoulière, j’arpentais le marché de M sur m ce samedi matin à l’affut d’un instant, de gestes, d’objets ou de couleurs pour illustrer le quotidien des commerçants, des marchands et boutiques de la ville, une mission de la Fabrique Poétique que j’aime particulièrement. Je venais de prendre un délicieux café chez le torréfacteur et pensais avoir déjà suffisamment de belles photographies pour la journée . Mais c’était sans compter la belle apparition du jour : le Mimosa du Marché de M sur m. Il m’attendait sans que je m’y attende, là, étalé à foison sur l’étal du marchand de fleurs, surprenant la brume de janvier par ses éclats de soleil au parfum enivrant. Impossible de résister. J’aime le mimosa, il est pour moi comme un aimant. Il déclenche une attraction immédiate plus que n’importe quelle autre fleur: l’irrépressible envie d’enfouir nez et visage dans ses branchages et respirer, aspirer, goûter presque à pleine bouche, son parfum singulier.

L’atelier de la Fabrique était officiellement ouvert dans ma nouvelle maison aux cinq fenêtres (La B. aux cinq baies), cela méritait bien quelques branches de mimosa pour fêter çà.

ouverture du fil de la B., ligne éditoriale de la Fabrique par un poème de Muriel Verstichel 14 janvier 2022

Comment dire l’odeur du Mimosa ? Comment restituer les notes de son parfum ? C’est alors que ressurgit inévitablement le Mimosa de Ponge. Et aussitôt le bouquet installé dans l’atelier, les livres s’ouvrent et avec eux, le poème.

Nous sommes au tout début du mois d’ avril 1941, en pleine seconde guerre mondiale, quelques jours auparavant Virginia Woolf s’est suicidée, les poches remplies de lourdes pierres, en se jetant dans la rivière. Au cœur du désarroi, Francis Ponge tient bon à la « Rage de l’expression » et parle du mimosa.

Il s’attaque à un sujet qui lui procure une grande émotion. Avec l’eucalyptus, le mimosa fait partie de ses premiers émois olfactifs, souvenir de ses vacances près de Saint Raphaël, à Boulouris, alors qu’il avait cinq ou six ans.

 » Il a été l’une de mes adorations, de mes prédilections enfantines. Beaucoup plus que n’importe quelle autre fleur il me donnait de l’émotion, seul de toutes il me passionnait, je doute si ce ne serait pas par le mimosa qu’a été éveillée ma sensualité, si elle ne s’est pas éveillée aux soleils du mimosa. Sur les ondes puissantes de son parfum, je flottais, extasié. Si bien qu’à présent le mimosa, chaque fois qu’il apparaît dans mon intérieur, à mon entour, me rappelle tout cela et fane aussitôt.

Il faut donc que je remercie le mimosa. Et puisque j’écris, il serait inadmissible qu’il n’y ait pas de moi un écrit sur le mimosa.

(…)

Mais vraiment, plus je tourne autour de cet arbuste, plus il me paraît que j’ai choisi un sujet difficile. C’est que j’ai un très grand respect pour lui, que je ne voudrais pas le traiter à la légère (étant donné surtout son extrême sensibilité). Je ne veux l’approcher qu’avec délicatesse…

Tout ce préambule, qui pourrait être encore longuement poursuivi, devrait être intitulé :  » Le mimosa et moi.  » Mais c’est au mimosa lui-même – douce illusion ! – qu’il faut maintenant en venir; si l’on veut, au mimosa sans moi…

Je retiens surtout cette phrase :

Peut-être, ce qui rend si difficile mon travail, est-ce que le nom du mimosa est déjà parfait. Connaissant et l’arbuste et le nom du mimosa, il devient difficile de trouver mieux pour définir la chose que ce nom même

Alors Francis Ponge plonge dans le mot et voit en lui sa propre signature : le mime osa. Ce qui donne ce premier poème :

LE MIMOSA

Le génie et la gaieté produisent assez souvent ces petits enthousiasmes soudains. Fontenelle

Sur fond d’azur le voici, comme un personnage de la comédie italienne, avec un rien d’histrionisme saugrenu, poudré comme Pierrot, dans son costume à pois jaunes, le mimosa.

Mais ce n’est pas un arbuste lunaire : plutôt solaire, multisolaire…

Un caractère d’une naïve gloriole, vite découragé.

Chaque grain n’est aucunement lisse, mais, formé de poils soyeux, un astre si l’on veut, étoilé au maximum.

Les feuilles ont l’air de grandes plumes, très légères et cependant très accablées d’elles-mêmes; plus attendrissantes dès lors que d’autres palmes, par là aussi très distinguées. Et pourtant, il y a quelque chose actuellement de vulgaire dans l’idée du mimosa; c’est une fleur qui vient d’être vulgarisé

Le Mimosa, La Rage de l’expression, Gallimard, « Poésie »

Je relis. Azur, Pierrot, Costume, Multisolaire, Découragé, Grain, Poils soyeux, Etoilé, Plumes, Attendrissantes,

Oui c’est peut être tout çà l’odeur de mimosa. Un mime, un pierrot, un Gilles qui ne dit mot mais qui pourtant osa.

Il arriva alors, Antoine Watteau…

Pierrot ou Le Gilles, Antoine Watteau 1717, 1718, Musée du Louvre

Il devait être dans l’atelier, il devait habiter ici. Je l’imprimais aussitôt alors que le mimosa embaumait.

Et pour la première fois mon regard quittait les plis de son costume, ses mains trop grandes et les curieux personnages au pied des souliers enrubannés, pour la première fois je ne regardais plus l’oeil de l’âne qui me fixait, je levais la tête et oui, je voyais… une branche de mimosa.

« MIraculeuse

MOmentanée

SAtisfaction!

MInute

Mousseuse

S.Afranée! « 

Francis Ponge, Le Mimosa, La Rage de l’expression, Gallimard Poésie, 1952

Il faut donc, moi aussi, que je remercie le mimosa.

A Armande Ponge, fille de Francis Ponge, née un 16 janvier.

Isabelle Baudelet, pour La Fabrique Poetique 16 janvier 2022

2 commentaires sur “Mimosa , Emoi

  1. Merci pour le mimosa… J’attends la floraison du mien au jardin.. Si ce n’était pas si loin je vous aurait porté une belle branche au printemps. A défaut j’essaierai de pense à vous envoyer une photo !!! Amitiés. Sylvie

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s