Bièvre·Eau tissée·La B.·Les lectures de la Fabrique·Louise Bourgeois·Rivière de laine·Text'styles

But the river was gone (1)

« Mais la rivière avait disparu »…

Nous sommes au début des années cinquante. Louise Bourgeois se trouve à Antony dans les Hauts de Seine au 11-13 avenue de la Division-Leclerc (autrefois rue d’Orléans). Elle fait un voyage sur les lieux de son enfance dans la maison où elle a vécu dès ses 8 ans à partir de 1919. Cette maison a été choisie par ses parents pour sa proximité avec la Bièvre qui traverse alors l’arrière cour de la propriété. Elle contient du tanin substance très importante pour l’activité familiale de restauration de tapisserie.

La Bièvre fut la rivière de laine de la famille Bourgeois. Avec la Creuse, la Seine puis l’Hudson River, elle est ancrée dans la vie et l’art de Louise Bourgeois.

La Creuse était la rivière de ses grands parents maternels. Henriette sa grand mère était tisserande à Aubusson

Marie Laure Bernadac, Louise Bourgeois, Flammarion, 2019 en lecture sur le site de l’éditeur

La Seine coulait tout proche de sa maison d’enfance à Choisy Le roi (détruite pour laisser place au théâtre Paul Eluard)

Je partage ici des extraits de la biographie de Louise Bourgeois par Maire Laure Bernadac aux éditions Flammarion dont les 50 premières pages peuvent être lues en ligne sur le site de l’éditeur, sur ce lien :

LOUISE BOURGEOIS BIOGRAPHIE PAR MARIE LAURE BERNADAC,

Marie Laure Bernadac, Louise Bourgeois, Flammarion, 2019 en lecture sur le site de l’éditeur

« Je suis retournée à Antony avec mes enfants pour voir la maison où j’avais grandi et où coulait la Bièvre dans le jardin. Mais la rivière avait disparu. Seuls les arbres qu’avait plantés mon père sur la rive demeuraient là comme derniers témoins.« 

Louise Bourgeois « Ode à la Bièvre »

©Louise Bourgeois, Ode à la Bièvre – image extraite du site du Moma

le jardin d’Antony 1920 photo extraite de l’Ode à la Bièvre publiée en édition de luxe chez Zucker Art Books en 2007 visible sur les sites ci dessous :

https://www.factum-arte.com/pag/135/Ode—la-Bi-vre

https://www.artspace.com/louise_bourgeois/ode-a-la-bievre

Louise Bourgeois citée par Marie Laure Bernadac, Louise Bourgeois, Flammarion, 2019 en lecture sur le site de l’éditeur

Louise Bourgeois citée par Marie Laure Bernadac, Louise Bourgeois, Flammarion, 2019 en lecture sur le site de l’éditeur

« On a cherché la rivière, elle avait disparu. Le lavoir était toujours là. Et les peupliers plantés par mon père sont toujours là en témoignage. » Louise Bourgeois

Vous imaginez qu’en lisant cette phrase j’ai immédiatement cherché le lavoir….Il est visible sur les vieilles postales.

https://cartorum.fr/antony-pont-chemin-fer-lavoir-sur-bievre-134.html

 » Le lavoir de la Grande-Pierre (sur le lit de la Bièvre) était situé rue Joseph-Delon, à proximité du pont où passe l’actuel RER. Les femmes y venaient en nombre. » peut on lire sur le site de la ville d’Antony qui ne mentionne pas l’année de sa destruction.

Et Louise qui se baignait dans la Bièvre et aimait naviguer dessus ne manquait pas d’y passer en barque :

Louise Bourgeois et Sadie Gordon Richmond dans une chaloupe sur la rivière Bièvre, qui traverse le jardin de la maison à Antony, en 1922.
Photo : Archives Louise Bourgeois SITE DU MOMA

https://www.moma.org/s/lb/curated_lb/about/biography.html

Aujourd’hui ce lieu ressemble désormais à ceci :

Image issue du site généanet : https://www.geneanet.org/cartes-postales/view/5939488#4801

En 1932, Louise Bourgeois perd sa mère Joséphine, qui souffrait d’emphysème, elle a 21 et tente de se suicider en se jetant dans la Bièvre. Son père la sauve de la noyade.

« J’ai filé jusqu’à la rivière, j’ai plongé et je suis passée sous le pont. Il a couru et sauté dans l’eau, m’en a sortie. » (Louise Bourgeois , Journal, cité par Marie-Laure Bernadac, Paris, Flammarion,2019 p. 158.)

cf supra

Des photographies de la Bièvre prises dans les années cinquante par Louise Bourgeois figurent dans le numéro 14 du périodique « Point d’Ironie » édité par Agnès b, Christian Boltanski et Hans-Ulrich Obrist,consultable en ligne également sur le site dédié.

En 2002 Louise Bourgeois réalise un livre d’art textile Ode à la Bièvre conservé au Museum of Modern Art de New York . Sur le site internet du Moma, on peut en découvrir chaque page :

https://www.moma.org/s/lb/collection_lb/objbytag/objbytag_tag-vo173714.html

©LouiseBourgeois Moma New York
©Louise Bourgeois – Moma, New York

It was because of that river…….

.

A suivre ……

Au cœur des projets de la Fabrique , la Bièvre a une place particulière. Eau Text’Styles , et Eau-dyssée, elle est à la fois l’eau de laine des tapissiers, l’eau tissée des blanchisseuses et lavandières, la pièce manquante d’une quête poétique, avec son cours naturel et historique fluctuant entre apparition et disparition, elle revêt tous les aspects des explorations privilégiées de la Fabrique Poétique ….

La Bièvre rejoint L’Eau tissée des lavoirs, et la Rivière de laine .

Un commentaire sur “But the river was gone (1)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s