Marco Martella·Rosebud, chronique d'un jardin ouvrier à M sur m·Tous les chemins

Le chemin du jardin #2

.

Il se peut que le jardin ne commence pas quand un jardinier plante un bout de terre pour en faire un enclos verdoyant, mais quand il imagine quelqu’un en train de s’y promener et qu’il trace un chemin.

Marco Martella

Rosebud a la magnifique particularité de n’être pas attenant à l’endroit où je vis. Parcelle de jardins ouvriers, il est situé au milieu d’autres parcelles réservées à cet effet dans plusieurs endroits de Montreuil sur mer : dans les marais, au pied des remparts côté Ouest et côté Est. Il en reste un également du côté de la Fontaine aux clercs.

Jean Christophe Pucek, un lecteur attentif et précieux, me disait en commentaire du chapitre premier « Je pense que l’histoire du jardin et du jardinier commence lorsque ce dernier commence à en rêver. Pousser enfin la porte de l’enclos est le premier pas sur la terre où ce rêve s’ensemencera. » On ne pouvait trouver mots plus justes et plus beaux. C’est vrai, j’avais d’abord rêvé à ce jardin, et c’est là qu’il avait commencé, sans savoir à quoi il allait ressembler puisque l’attribution des parcelles se fait au hasard, en fonction de l’enregistrement des « abandons »..

Aujourd’hui, ce rêve se prolonge le temps du trajet qui me mène à Rosebud. Les chemins qui m’y conduisent, sont déjà une fête en soi. Le passage au bas des remparts est assez peu fréquenté mais quel plaisir de l’emprunter en contemplant la muraille tout en ayant un regard pour les perce-neiges en février, les véroniques et les campanules au printemps, la forêt d’orties et de renouées l’été, sans oublier de saluer le buis ..En chemin, j’ai le temps de me réjouir, de penser à ce que l’on a prévu de faire à Rosebud, de me demander si les mésanges ont dévoré les boules de graisses., d’espérer que le bourgeon aperçu la veille soit éclos, d’imaginer les surprises que la nature va nous réserver, de me préparer à ouvrir le portail, et à emprunter l’allée que nous y avons trouvée encore toute tracée sous les ronces, témoin des passages qui nous ont précédés …

Les chemins de Rosebud

Le buis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s