L'eau tissée des lavoirs

Le cavalier du printemps

A la recherche des sons perdus….

« En Avril , on entendait retentir les battoirs dans les vallons. Quand les enfants demandaient quels étaient ces bruits et ces éclats qui les réveillaient de bon matin, on leur disait que c’était le Cavalier du Printemps qui arrivait sur son cheval pour ouvrir les fleurs, faire éclater les bourgeons, aider les plantes à sortir de terre et accomplir mille autres taches dont ils verraient les effets s’ils savaient se servir de leurs yeux. Peut-être même pourraient ils voir le Cavalier à condition de se lever avant le soleil et d’avoir dans la main une certaine graine dont on se disait pas trop bien ce que c’était. En Septembre , le même tapage recommençait, mais plus assourdi. Le Cavalier du Printemps s’en allait, la bonne saison était finie jusqu’au prochain appel du coucou. »

Pierre-Jaquez Hélias, Le cheval d’Orgueil

Lavoir Sainte Anne, Plouguerneau.

Lavoir de Notre Dame du Val / Val Traon

Articles en liens :

Chant 14 : Purgatoire, Enfer et Paradis entre phares et lavoirs – Text’styles (text-styles.fr)

Rhapsodes #9 : Cantique d’une eau tissée- Notre Dame du Val – Plouguerneau – Text’styles (text-styles.fr)

D’une carte, un poème – La Fabrique Poétique (lafabriquepoetique.fr)

Un commentaire sur “Le cavalier du printemps

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s