Constellation·L'eau tissée des lavoirs·Walter Benjamin

A chaque pas, une nouvelle constellation

« Les idées sont les étoiles à l’opposé du soleil de la révélation. Elles ne brillent pas au grand jour de l’histoire, elles n’agissent en lui que de manière invisible. Elles ne brillent que dans la nuit de la nature. 

Walter Benjamin, Correspondance — 9 décembre 1923, à Florens Christian Rang

« Je sentais en marchant mes pensées se bousculer comme un kaléidoscope — à chaque pas une nouvelle constellation ; de vieux éléments disparaissent, d’autres se précipitent ; beaucoup de figures, si l’une d’entre elle persiste, elle s’appelle “une phrase”. »

Walter Benjamin, Sur Proust, « Journal parisien », 11 février 1930

Signet Baudelaire / Passages Archives Walter Benjamin

En complément de Chant 13 : Lilia et l’eau tissée – Une constellation de lavoirs – Text’styles (text-styles.fr)

et de D’une carte, un poème – La Fabrique Poétique (lafabriquepoetique.fr)

Source : Walter Benjamin Archives (mahj.org)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s