Champs livres·Herbier poétique

Les clefs des champs…

(Encore ?

Encore des fleurs, encore des pas et des phrases autour des fleurs et qui plus est, toujours à peu près les mêmes pas et les mêmes phrases..

Mais je n’y puis rien : parce que celles ci étaient parmi les plus communes (leur secret me semblait plus indéchiffrable que les autres, plus précieux, plus nécessaire.

(…)

Fleurs proches, à en oublier la fin du parcours, quand le marcheur comprend enfin que, même si le chemin le conduit toujours chez lui, il le conduit aussi inéluctablement, aussi loin que possible de toute maison.

(…)

Chose donnée au passant qui pensait à toute autre chose ou ne pensait à rien, on dirait que ces fleurs si insignifiantes soient-elles, le « déplacent » en quelque sorte, invisiblement; le font, imperceptiblement, changer d’espace. Non pas, toutefois, entrer dans l’irréel, non pas rêver, mais plutôt, si l’on veut, passer un seuil là où on ne voit ni porte ni passage.

(…)

Elles vous échappent, ainsi elles vont échapper : ces milliers de clefs des champs.

Pourrait-on en venir à dire que, si l’on voit, dès lors que l’on voit, on voit plus loin, plus loin que le visible (malgré tout) ?

Ainsi par les brèches frêles des fleurs..

Philippe Jaccottet, Aux liserons des champs, Et Néanmoins

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s